09 Sep 2012

Ed Parker

webmaster @ 14 h 27 min

Ed Parker Sr, parcours martial

A l’age de seize ans, Ed Parker commença son entraînement en Kenpo Karaté avec Frank Chow en 1947.

Quand l’étendue de la connaissance de Frank Chow fut exploitée, celui-ci mis Ed Parker en contact avec son frère William K.S.Chow pour permettre à Ed Parker d’atteindre un meilleur niveau. Ed Parker fut en admiration devant le maître William Chow qui d’une manière mystérieuse, créa en lui le désir de faire du Kenpo le travail de toute une vie.

Après seulement deux ans de pratique, Ed Parker partit d’Honolulu, pour rejoindre la bringham young university ( byu) à Provo, en Utah.

Avec une ceinture marron en Kenpo et une motivation intacte, il commença à entraîner un petit groupe d’étudiants. La pratique de l’enseignement du Kenpo donna à Ed Parker une compréhension plus profonde de l’art, ce qui lui permit d’avoir une meilleure compréhension de la voie des arts martiaux. Il avait déjà une ceinture noire de Judo à l’age de 15 ans, et un bon niveau en boxe; d’autre part, il était un vétéran en combat de rue. Ed Parker, commença à conceptualiser ses propres idées concernant le mouvement, la frappe, et la défense contre de multiples attaquants.

Au-delà de sa passion de l’enseignement, le grand-maitre Ed Parker trouvait aussi intéressant de pouvoir expliquer à l’élève le « pourquoi » et le « comment » de la technique.

Après de nombreuses répétitions, il pouvait exécuter la technique à un niveau ne nécessitant pas de pensée consciente. En conséquence, il développa un niveau de maîtrise comparable à celui de quelqu’un s’entraînant depuis de nombreuses années.
En 1951, après son année d’université, Parker s’engagea pour trois années de service en tant que garde-côtes des Etats-Unis. Heureusement, il stationna à Honolulu, d’ou il pouvait être proche de sa famille, ses amis, et de sa future femme, Leilani Yap. Son retour sur l’île lui permit également de continuer son entraînement avec le Maître Chow.

Deux années depuis le début de son service en tant que garde-côtes, Parker réalisa ce qui devait alors être son rêve le plus cher : Le 5 juin1953, il réussit le passage de sa ceinture noire en Kenpo, avec le maître Chow.

L’année suivante, Chow enseigna à Parker les « clés de maîtrise du mouvement. », celles qu’il aurait à utiliser ensuite pour restructurer et standardiser ce qui allait devenir l’Ed Parker Kenpo Karaté.

Parker retourna à l’université en septembre 1954, juste un mois après la fin de son service dans les garde-côtes. Quelques temps après, il commença à enseigner le Kenpo Karaté dans une salle locale.

En décembre 1954, Parker eut l’opportunité de faire une démonstration de Kenpo à l’université durant un match de basket-ball. La démonstration eut tellement de succès que Ed Parker dû donner des cours aux forces de la loi. Il commença ainsi à enseigner la self-défense aux officiers de police de l’Etat. Lorsque le semestre suivant commença, l’université, offrait un crédit, pour l’enseignement du combat à mains nues sous la direction de Parker.

Un laboratoire vivant

Autant le maître Parker apporta l’art martial et la self-défense à la communauté des policiers, autant celle-ci donnait une ouverture sur un véritable « laboratoire vivant ». Les officiers pouvaient informer le maître Parker sur l’efficacité ou l’inefficacité d’une technique apprise. Les policiers qui avaient eu à combattre pouvaient discuter dans le détail de leurs rencontres.

Parker et ses officiers de police travaillèrent donc à élaborer des techniques de combat qui leurs permettraient de faire face au mieux dans toutes les situations rencontrées.

A coté de l’entraînement avec le maître Chow, ce travail avec les officiers de police fut un facteur déterminant dans l’habilité de Parker à adapter le Kenpo Karaté et à en faire un système réaliste et moderne de combat.

Ed Parker obtint le degré de bachelor à l’université, puis il alla en Californie avec sa femme, Leilani qu’il avait épousé en décembre 1954.

Dorénavant, il avait confiance dans sa capacité à enseigner, et avait amélioré sa capacité à s’exprimer en public en donnant de nombreuses démonstrations en public en Utah. En conséquence, il pensait qu’il pouvait ouvrir sa propre école de Kenpo Karaté et attirer suffisamment d’étudiants pour avoir du succès.

En septembre 1956, Parker ouvrit un dojo à Pasadena, en Californie. Il commença à avoir une clientèle, puis un groupe de pratiquants fidèle.

Cependant, lorsqu’il proposa l’enseignement du combat à mains nues aux policiers californiens, ceux-ci ne furent pas intéressés. Ce fut une grande déception pour le maître Parker. Il choisit alors d’enseigner à des célébrités et devint coordinateur de cascades pour le cinéma.

L’Ed Parker American Kenpo Parker

Avant son retour à l’université, Ed Parker pensa à un moment qu’en compagnie du maître Chow, ils allaient développer une chaîne d’écoles à travers les Etats-Unis. Ce projet qui ne fut pas réalisé à l’époque se concrétisa bien plus tard. Si le maître Parker fut désappointé par l’impossibilité du projet, il se retrouva en fait libre pour développer sa propre forme de Kenpo sans la moindre contrainte.

Le maître Parker créa son système en retenant ce qu’il estimait comme étant les meilleures techniques du Kenpo de chow, mais aussi des techniques provenant du judo, de la boxe, du Kung fu, et d’une variété d’autres arts qu’il étudia, analysa, compara, et restructura.

Son système devint également, une combinaison d’éléments provenant de sa pratique ancienne qui n’était valable que contre un seul adversaire, et pas contre plusieurs adversaires.

Ed Parker réussit dans ses tentatives à atteindre ses objectifs: son système de combat n’est pas seulement efficace dans la protection et la défense contre plusieurs adversaires – il fonctionne également pour tout le monde, incluant les personnes de petite taille, les femmes et les personnes agées.

Après de nombreux révisions, restructurations, et arrangements, l’Ed Parker Kenpo Karaté est né.

L’une des choses qui rendit le Kenpo Karaté si populaire au Etats-Unis, venait du fait qu’il se mariait merveilleusement bien à la pensée des américains. Les étudiants n’ont en effet pas à apprendre un langage étranger, et les livres du maître Parker leur fournissaient des éléments à étudier tranquillement chez eux. Ainsi, une personne pouvait travailler sur le programme pour débutant et intermédiaire, et ensuite être content de son accomplissement. Mais , s’il voulait aller à un niveau plus élevé, il pouvait le faire, car le maître Parker créait et développait sans cesse son Art.

L’international Kenpo Karaté Association (I.K.K.A) initialement appelé l’association de Kenpo Karaté pour l’Amérique, fut créée juste six ans après l’ouverture de l’école de Pasadena.

L’accroissement du nombre de pratiquants du Kenpo auprès du maître Parker donna à l’IKKA sa dimension de grande organisation qui fournissait des écoles à ses membre. L’IKKA continua à se développer en Amérique et dans de nombreux autres pays étrangers. Le maître Parker eut alors des étudiants étrangers qui venaient apprendre l’Art avec lui, et qui retournaient ensuite dans leur pays d’origine pour développer cet Art.

Pour assurer le succès des programmes étrangers, le maître Parker ou l’un de ses étudiants seniors, voyageaient dans ces pays, pour travailler avec ses nouveaux instructeurs « aux clés de maîtrise » du mouvement, ou pour d’éventuelles modifications dans le programme.

En 1964, après deux années de planification, Ed Parker mis en place le premier championnat international de Karaté de Long Beach au sud de la Californie. Il eut l’idée brillante de permettre aux pratiquants de tous les styles peu connus, de faire une démonstration. Plus tard, tout fut transféré à l’arène des sports. Les démonstrations, permirent à de nombreux experts d’être ensuite connus .

Sans Parker et l’influence de cet évènement, de nombreux instructeurs et champions actuels n’auraient pas été connus.

Réponses aux critiques

Les réussites du maître Parker lui ont apporté une reconnaissance et des retombées financières, mais aussi des critiques. Parmi ses critiques:

* Ed Parker n’avait pas eu un entraînement formel et suffisamment d’expérience pour pouvoir structurer et synthétiser un vrai système de combat !

Ces critiques aiment à oublier que son expérience dans la voie des arts martiaux incluait l’obtention d’une ceinture noire en Judo, et que son expérience quant à l’efficacité de son Kenpo en combat venait de son expérimentation du combat de rue et ce celui des policiers qui s’entraînaient sous sa direction .

Ses techniques et ses stratégies ont été développées en s’appuyant sur des modèles éprouvés, et non sur des théories non prouvées.

* Ed Parker causa des jalousies dans la communauté des arts martiaux !

Au contraire, le maître Parker pensait différemment. Il pensait qu’il y avait de nombreux instructeurs qui se cachaient derrière de supposés secrets. Il n’acceptait pas que certains instructeurs utilisent la mystification pour contrôler leurs étudiants, ou ceux qui exigeaient que leur étudiants n’apprennent qu’avec lui et pas avec d’autres. Le maître Parker encourageait ses étudiants à apprendre autant que possible des autres arts martiaux.

* Ed Parker n’était pas si traditionnel !

Le maître Parker était traditionaliste. Il enseignait les arts martiaux pour la self-défense, et comme un moyen pour les pratiquants d’atteindre des buts personnels et une élévation personnelle.

Il soulignait que les pratiquants devaient développer un esprit équilibré, autant que le corps et l’âme. D’autre part, il faisait de sorte que ses élèves ne le voient comme une référence.

* Ed Parker a ruiné le Karaté !

A un certain moment, certains des étudiants de Parker tels Planas, ou encore Benny Urquidez, allaient de club en club pour travailler de manière réaliste avec d’autres instructeurs. Mais cela créa des problèmes regrettables.

* Le système d’Ed Parker est un Art inefficace qui ne paraît valable que dans les films et à la télévision !

Une partie de ces critiques vient du fait que le maître Parker a enseigné à des stars de la télévision. Ils disent que le fait que les scènes de télévision soient non réalistes prouve que le Karaté utilisé était également non réaliste.

D’autre part, ils disent que le principe de contrôle(checking principe) et les techniques mains ouvertes étaient justes des claquements inutiles. En réalité, de nombreux pratiquants se sentaient confortables dans leur capacités à se protéger, et nombreux parmi ceux-ci se sont défendu efficacement dans la rue.

D’autre part de nombreux services de police tels la police de Los Angeles, à aujourd’hui des experts enseignant le Kenpo d’Ed Parker aux officiers de police.

Cependant, de nombreux experts du kenpo d’Ed Parker admettent que certains instructeurs enseignent un art non réaliste, et explique cela par l’absence de connaissance des clés de maîtrise du mouvement : il n’enseignent pas comme le maître Parker le désirait.

Conclusion

Ed Parker peut à juste titre être considéré comme un grand innovateur des arts martiaux comme d’autres maîtres tel Funakoshi ou Kano.

(Traduction d’un article de Floyd Burk).

Comments are closed.